Archives de Tag: vacances

Le temps du bilan

Que voilà un billet que je souhaitais faire depuis le 2 juillet, mais sans prendre le temps de m’y ateler…

En même temps, pas très surprenant, faire un bilan, c’est aussi une manière de terminer quelque chose, d’y mettre un point final, et là, j’ai pas très envie, je crois…

Ce bilan est celui de ma première année d’enseignant, ma première « vraie » année d’enseignant à temps plein, de septembre à juin. Cette année ça aura été :

– Plus de confiance. Je me souviens de ce jour de septembre où mon inspectrice avait convoqué tous les T1 (pour titulaires première année, les débutants, quoi). Elle nous avait dit que nous allions beaucoup apprendre cette année-là et que nous verrions la différence à la fin. Sur le moment, empli d’appréhension face à tous ces nouveaux défis, je ne l’ai pas crue. Et bien j’aurais dû ! C’est effectivement effarant le nombre de choses apprises en une seule année. Rien de frappant, seulement une habitude à faire le boulot, des automatismes, une certaine capacité à mieux sentir, à mieux anticiper les choses. Ca n’évite pas les cours ratés, oh non, mais on sait plus y faire face, on apprend à laisser tomber maintenant pour y revenir ensuite. Et finalement, on gagne de la confiance, parce que l’on est plus efficace.

– Travailler avec les enfants, c’est vraiment bien. J’imagine que c’est légèrement classique comme assertion lorsqu’on est prof. Mais c’est tellement vrai. Si parfois (souvent), se lever le matin à 6h15 a été difficile, si l’envie manquait, ce n’était que parce qu’il s’agissait d’aller au travail, jamais de retrouver ma classe. Tous les matins, dès que les élèves étaient là, ça allait, il fallait être à 100% et foncer. Et ça a été génial ! Ils auront tour à tour été merveilleux, drôles, touchants, surprenants, généreux… En un mot, magiques ! Et ils ont rendu cette année là particulière…

– En fait les vacances c’est nul ! Enfin les grandes, pas les petites. Les petites sont des respirations dans l’année qui font du bien à tout le monde, les grandes, c’est différent… J’ai un peu honte de l’avouer, après avoir claironné que les vacances sont inhérentes au métier de professeur et une chance, mais je ne les aime pas, celles-ci. Les grandes vacances, ça signifie devoir se séparer de sa classe. Le possessif veut tout dire, il s’agit bien de « ma » classe, de « mes » élèves et les voir partir vers d’autres horizons, c’est raide. Je le pressentais bien, mais c’est un crève cœur, un vrai deuil à faire, finalement, une vraie déprime : avoir partagé tous ces moments avec « ses » élèves pour ne plus jamais les revoir ??? Mais c’est bizarre, car le reste du monde (j’exagère un peu) nous envie d’être en vacances deux mois de suite, donc nous devrions être heureux. Ben en fait non, ça le fait juste pas !

Mais il me reste encore un certain nombre de semaines de vacances pour m’y faire et être prêt à accueillir de nouvelles classes 😉

Pour terminer, c’est un bilan positif. J’ai découvert un métier qui me plaît plutôt bien, et même si des zones d’ombres subsistent (en vrac : les programmes, notre hiérarchie, les collègues -mais pas tous, heureusement, au contraire, même !- et/ou les directeurs parfois), je sais bien pourquoi je fais ce boulot, pourquoi je viens à l’école tous les matins : les élèves. Et c’est bien pour eux que je continue en septembre !

3 Commentaires

Classé dans Au jour le jour, École

Un amour d’aspi, Allemagne, vacances…

Dans le désordre, hein, comme au tiercé !

Voilà, vacances scolaires, donc vacances pour moi aussi. C’est cool… enfin il paraît.

Je suis dans ma famille, tout va bien, je reviens tout juste de Barcelona… Sauf que… J’arrive pas à ma poser et à relaxer. Stressé je suis, stressé je reste… Je le suis plus que pendant le boulot, c’est bizarre !

Bon, je ne me plains pas non plus, c’est agréable de se lever quand on veut (on note que je n’ai aps dit « tard », ça aurait fait rigoler tout le monde !) et de faire un peu ce qu’on a envie. Mais voilà, la contrepartie de ce boulot à, c’est aussi qu’on travailel tout le temps. Bon, j’en entend déjà rigoler dans le fond, mais c’est la vérité. Quoi que je fasse, je pense à ce que je vais faire avec les élèves, ce que je pourrais mettre en place,et comment. J’ai l’extrême bonheur de me sentir très bien avec ma classe, du coup, je me sens d’autant plus impliqué : je ne dois pas me louper, ce serait une vraie rupture de confiance entre eux et moi…

Rien à voir : à la maison familiale, j’ai découvert un nouvel amour.

Un amour d’aspirateur ! Un Dyson… Comme à peu près tout le monde, je n’aime pas faire le ménage (et c’est là un doux euphémisme !), mais là, ça devient presqu’un plaisir !

overview

Tout le monde connaît la pub, mais là, ben c’est vrai : c’est drôlement efficace et tellement plus rapide qu’avec tout autre aspirateur que j’aie essayé dans ma longue carrière (et j’en ai déjà cassé 2, c’est dire !). Bref, un outil de luxe, parce que c’est cher, mais c’est vraiment super bien conçu et tout et tout !

Pour finir ce billet décousu, la grande nouvelle !

J’ai officiellement fait acte de candidature à un échange de professeurs  avec l’Allemagne. L’idée, c’est de passer une année scolaire  en Allemagne afin d’apprendre l’allemand, d’enseigner là bas le français en langue seconde, et d’enseigner l’allemand à mon retour en France.

allemagne

Je n’ai pas franchement le profil idéal : mon allemand est plutôt faiblard (première langue, de la 6e à la terminale, jamais utilisée depuis), et je n’ai jamais aucune expérience en FLS. Mais bon, je suis motivé et je me dis que tout s’apprend, même une fois là bas. Et puis ça fait quelques années que je regrettais de n’avoir pas su apprendre correctement l’allemand…

J’ai eu l’information par hasard au fin fond d’un mail que j’ai ouvert sans trop savoir comment. J’ai à peine réfléchi, en fait : je me suis dit « si je ne le fais pas, je le regretterai », alors je tente. Je devrais avoir un entretien courant mars, une réponse en avril pour un départ en août. Je vous tiens au courant, mais plus j’y pense, plus ça me plaît…

Faudra que je me trouve des cours d’Allemand si je suis pris, afin de refaire moi même mon retard un peu (même si un stage intensif est prévu à l’arrivée…).

Voilà c’est tout pour aujourd’hui !

Hasta luego… Non, auf wiedersehen, plutôt !

7 Commentaires

Classé dans Au jour le jour, École, Voyages