Archives de Tag: U2

Je dis musique (12)

Série « raclage de fonds de tiroir », exhumation de quelques vieilleries.

Enfin, vieilleries, il y en a ici qui vont bondir, il s’agissait peut être de leur jeunesse (voire plus, allez savoir !). Pour moi, c’est mon enfance, mes 10/11 ans.

J’ai donc fouillé et retrouvé ce cd de Simple Minds, garanti d’époque, vintage 1989 : Street fighting years.

Je l’ai écouté, ce cd, cet été là ! Je crois qu’il est en quelque sorte emblématique de ma sensibilisation politique d’alors.

État des lieux :

Simple Minds – Mandela Day

Nelson Mandela, l’Apartheid en Afrique du Sud. j’ai appris à cette époque là ce que c’était, ce qu’était le racisme et le symbole que représentait Mandela. Je me souviens toujours du jour de sa libération. Quelque chose bougeait, et j’en étais le témoin (via la télé…). J’avais été heureux ce jour là, les choses changeaient en bien. Un peu comme le jour de la signature des accords d’Oslo entre Arafat et Rabin quelques années plus tard : une situation qu’on croyait immuable avait favorablement évolué.

Simple Minds – Belfast Child

Et oui, bien avant de tomber dans U2, j’étais déjà très sensible à la cause Irlandaise. Il faut dire que nous vivions au rythme des attentats de l’IRA et que là encore, la situation semblait sans issue. C’est d’ailleurs bien parce qu’ils étaient irlandais que je me suis mis à écouter U2, parce que leur Sunday Bloody Sunday parlait de ça, ça m’a interpelé…

Simple Minds – This is your land

Je me souviens pour celle-ci, j’avais demandé à ma mère ce que ça voulait dire, This is your land. Du coup je croyais que c’était une chanson écolo, ce qui m’allait parfaitement, on parlait beaucoup de trou dans la couche d’ozone et des méchants CFC. Il faut croire que les vaincre n’a finalement pas vraiment changé la donne !

Pour terminer, et je m’excuse pour la qualité du son, mais après tout, je n’y suis pour rien, voici la chanson qui ouvrait l’album et qui donne bien le ton. Ces premières notes de basse, cette intro, les parties instrumentales, je prends toujours un pied monstre quand je les entends 🙂

Indéniablement, cet album fait partie de mon patrimoine musical. Merci à Mme ma mère, alias Mimi tape dur pour ça…

Simple Minds – Street fighting years

J’ai un peu 10 ans, même, que !

2 Commentaires

Classé dans Musique, politique

Je dis musique (11)

Ben heureusement que j’ai ce rendez-vous musical hebdomadaire, ça m’assure un billet par semaine minimum !

Je ne prends pas le temps de bloguer, je crois que je manque de sujet qui m’intéressent vraiment, enfin dont j’aimerais parler. Ma foi, ça reviendra bien…

Pour aujourd’hui, un clip de mon groupe favori… Enfin, favori, je ne sais plus trop. Oui, je suis en plein doute U2. Je suis toujours aussi fan de certains de leurs vieux albums, surtout d’Achtung Baby, mais je suis moins à fond sur leur dernier. Il est bien, mieux que les précédents, mais je ne sais pas c’est plus pareil ; je manque d’enthousiasme en quelque sorte. Je ne vais même pas aller les voir cette année (l’an prochain, je pense, la rumeur annocne nouvel album / nouvelle tournée en 2010) et ça me dérange pas plus que ça.

Bref, fi d’états d’âme, entrons dans le vif du sujet…

U2 c’est une machine bien huilée, tout le monde le sait. Depuis pas mal de temps (au moins depuis Pop, en 1997), il s’écoule 4 ans entre deux albums et il y a toujours un ou deux nouveuax titres au bout de 2 ans. L dernière fois, c’était à l’occasion d’un best-of. Deux nouveaux titres. Le premier une reprise avec Green Day « The Saints are coming » qui faisait explicitement référence à la Lousiane ravagée par Katrina en 2006 (les Saints, c’est l’équipe de foot US de la Nouvelle Orléans). Titre honnête que j’ai bien aimé (voir plus bas).

Le second, c’est Windows in the sky. Titre qui emprunte pas mal aux Beatles et dont le clip est un très beau résumé des influences du groupe. Ca tombe bien, ce sont aussi les miennes à bien des égards ! Bref, un très chouette titre et une excellent clip… Allez, vous reconnaissez qui ?

Pour ma part, je citerais Keith Moon, Jimi Hendrix, Franck Sinatra, Elvis Presley… Je vous laisse trouver les autres !

Et puis avouez qu’un clip qui s’ouvre sur Franck Zappa ne peut pas être mauvais !

U2 – Windows in the sky

(si vous cliquez sur le titre, vous pourrez voir le vrai clip original avec une intro plus longue – mais son » intégration a été désactivée sur demande ». Grumpf !)

Et comme promis, the Saints… dont la vidéo est très politique, évidemment !

U2 & Green Day  – The Saints are coming

4 Commentaires

Classé dans Musique

Tout et n’importe quoi…

Bonjour !

Aujourd’hui, premier mars… Mars, le mois du printemps, des zoziaux qui chantent dans les bois rues, du soleil qui brille par son absence… Bref : serait-ce la fin de l’hiver ?

On y a cru hier : blue sky, shining sun… Moins aujourd’hui : grey sky, missing sun… No Comment !

Bon, cette note de blog s’annonce décousue, c’est une tentative !

Tout d’abord, une histoire.

Pour l’anonymat nécessaire et requis par le net, j’utiliserais des initiales, mais celles des pseudos, pas des vrais prénoms. Cette histoire est une chaîne avec B., G., J., D. et moi même.

Tout a commencé par la lecture de ce livre : Les Falsificateurs d’Anointe Bello. Je ne sais pas exactement de qui c’est parti, mais en tout cas, B., G. et J. l’ont lu, l’ont conseillé à moi même, à D. J’en ai profité pour le faire lire aussi à C. (invitée surprise !). Bref, pas mal ce livre, mais frustrant. Frustrant car ça se termine en eau de boudin et qu’il fallait attendre une suite.

Un jour, j’ouvre Livres Hebdo et tombe sur une pub annonçant la sortie de la dite suite, Les Éclaireurs. Tout content, j’appelle J. qui, blasée, me répond, ben oui, je le sais, G. est en train de le lire, je te le passerai si tu veux. Je grumpfise en me disant « Pfff, si tout le monde est au courant alors… », un peu vexé. Je n’en parle à personne, du coup. Je le montre à C. dans une vitrine devant laquelle nous assons, par hasard et voilà…

Hier, D. me contacte par chat toute contente de découvrir l’existence de ce livre. Réponse blasée de moi même « Ah bon, tu savais pas ? G. doit d’ailleurs me le prêter ». J’entends son grumpf numérique (le même que le mien 2 semaines plus tôt… Je le connais bien) et elle doit se dire à peu près la même chose, « Si tout le monde est au courant, alors… ». Téléphone plus tard avec J. à qui je raconte l’histoire. Et elle de me dire qu’il lui est arrivé à peu près la même chose, mais auprès de B. On a rigolé de ce que personne n’ai été capable de dire aux autres que ce fichu bouquin était sorti alors que tous nous l’attendions 😀 !

Nous avons créé une chaîne de la vexation à l’échelle du pays !

Quelle classe !… Sans rancune ?

Ensuite, rien à voir, mais voici une petite vidéo où l’on voit une mûre éclater une pomme. J’ai beau être du côté de la pomme, ça m’a fait rigolé, alors :

Sinon, à la deuxième troisième quatrième cinquième Nième écoute, toujours aussi bien le nouveau U2. Pas toutes les chansons (comprends pas l’engouement pour le second titre dans les fora consacrés au groupe), mais il y en a vraiment quelques unes qui valent un sacré détour ! No Line on the Horizon, Moment of Surrender, Fez… par exemple

PS sporadique
J’ai presqu’honte de bien aimer ce qu’Antoine Bello écrit : il a pris fait et cause pour Sarkozy (et le soutient encore… C’est de l’engagement, là, du vrai !). C’est bizarre, mais ça me dérange…
Ceci dit, ça pose une vraie question littéraire : faut-il s’interdire de lire Céline ou Drieu La Rochelle ? Fallait-il exécuter Brasillach ?
Pour ma part, je crois en l’œuvre, pas en l’auteur. Je me dis que ce n’est pas parce que j’aime bien une œuvre d’un auteur donné que je vais aimer les autres. Quand j’étais plus jeune, je faisais des recherches pour tout savoir de l’auteur, connaître les contextes de création, ses autres œuvres, ses prises de position politiques, etc. Maintenant, je ne le fais plus. Je me dis que l’œuvre se suffit à elle même. Là est le message, là se trouve ce que l’auteur a voulu dire. Ce qu’il y a autour n’est qu’accessoire, finalement…
Je suis finalement loin, très loin, de ma formation d’historien, maintenant, je crois 😀

6 Commentaires

Classé dans Au jour le jour, Musique

U2 : No line on the Horizon

Je me suis offert l’édition spéciale avec le livret et le « digipack » contenant les photos de l’inévitable Anton Corbijn. Très bel objet aussi. La photo de couverture est vraiment magnifique et adaptée au ton général de l’album. Elle est signée de Hiroshi Sugimoto. Le livret est un recueil de photographies des lieux qui ont influencé cet album. À l’intérieur, on trouve Fez au Maroc, ville à laquelle une chanson est d’ailleurs dédiée : FEZ – Being Born.

L’album est fortement influencé par Brian Eno et Daniel (crédité Danny :)) Lanois. Moins rock que le précédent « How to Dismantle an Atomic Bomb » (HTDAAB), moins prétentieux assurément, plus travaillé aussi, je dirais.

Bon, j’ai essayé de faire une critique titre par titre, mais c’est mauvais (ma critique, hein, pas l’album !). Je n’écris pas dans un canard de zique, et je sais pourquoi !

noline

Ce nouvel album de U2 ne se laisse pas facilement appréhender, mais c’est du bon, bien meilleur que leurs productions les plus récentes. Beaucoup de claviers utilisés, des ambiances propices. La base rythmique Larry Mullen Jr. et Adam Clayton (batterie et basse, respectivement) est toujours bien présente. Sans être exceptionnelle, elle est la fondation sur laquelle s’expriment les deux leaders du groupe, Bono et The Edge.

Bono va chercher sa voix plus loin que d’habitude. Moins parfaite (écouter One sur Achtung Baby pour avoir une idée de ce qu’il était capable d’atteindre dans l’interprétation il y a une quinzaine d’années), plus rauque… Elle transmet plus d’émotions, je dirais. J’aime particulièrement le travail sur Moment of surrender, le 3e titre de l’album.

Très bon album, vraiment… Intéressant à écouter et réécouter. Je ne suis pas déçu et ça me fait plutôt plaisir !

Maintenant, U2 c’est avant tout la scène. Des rumeurs insistantes les mettent sur les stades d’Europe cet été. Rien n’est annoncé encore. Mais je m’interroge… N’aurait-il pas mieux valu faire une tournée en salles, type Bercy (ou la Halle Tony Garnier… Mon rêve secret !). Il me semble que cet album serait bien mieux défendu dans une ambiance plus intimiste -intimiste à la U2, hein : 25, 30 000 personnes !-  qu’au beau milieu d’un stade (la rumeur semble aussi annoncer une scène centrale… À  voir !).

Enfin, indécrottable fan que je suis, je sens que j’y serai une fois encore, que ce soit au Stade de France ou à Bercy !

Mais vraiment, je suis content de cet album !

2 Commentaires

Classé dans Musique

Today is U2 day !

Aujourd’hui sort No line on the Horizon, le nouvel album de U2

no_line_on_the_horizon

Certes, j’aime pas trop leur nouveau single, Get on your boots.

Il fait trop… U2, justement, un U2 qui ne se renouvelle pas, alors que j’attends toujours de reprendre une claque type Achtung Baby, leur meilleur album, et de très loin.

Aujourd’hui est donc un jour spécial. Spécial parce que je suis U2 depuis mes 17 ans, que j’ai à chaque fois attendu avec une certaine impatience tous leurs nouveaux albums, et la tournée estivale qui suit, à chaque fois depuis 1995.

Mais aujourd’hui, c’est un peu particulier, car j’ai, beaucoup plus que les autres fois, la crainte d’être déçu, et j’ai beaucoup moins d’impatience. Peut être ais-je changé ? Peut être suis-je lassé ?

J’hésite même à prendre mes places pour les concerts prévus cet été (dates à confirmer : 10 & 11 juillet au SDF, le 15 à Nice… Toujours rien à Lyon, tssss…). En même temps, U2 sur scène, après avoir attendu 10 heures pour être devant, c’est quand même quelque chose ! Mais je regrette que ce soit en stade… En 2001 à Bercy, ça avait été tout simplement génialissime, en 2005 à Saint Denis, c’était « seulement » très bien (j’en appelle à jaed qui m’y avait accompagné les deux fois).

Je verrai lorsque la tournée sera annoncée et s’il y a des gens assez fous (rapport à l’attente, hein…) pour venir avec moi !

En tout cas, je reposte pour vous dire ce que je pense de l’album, une fois que je l’aurais dans les mains (c’est à dire je ne sais pas trop quand, rapport au fait que je suis malade et donc chez moi…) et les oreilles…

5 Commentaires

Classé dans Musique

Another tag in paradise

Me voici taggué par Darwinara sur les 6 chansons qui me caractérisent (et la dernière devant être THE chanson d’amour)…

Alors allons-y !

En général, personne ne connaît vraiment… Cette chanson a une histoire particulière. Pour commencer, il faut savoir que mon père était un amateur de rock, un vrai. Formé musicalement fin des années 60, début des années 70, il a presque tout entendu, presque tout vu. Sa discothèque (de vinyls, bien entendu…) était immense et avait une profondeur que lui seul connaissait. Il faut dire qu’elle cumulait le nombre et l’absence de classement ! Mais il était fort. Un jour, je devais écouter du U2 ou du Peter Gabriel et il me dit, « ça me fait penser à quelque chose, bouge pas ». Là dessus, il se rue sur ses disques et me sort le disque de ce type, Robbie Robertson… Robbie qui ? Il me met la première chanson, cette chanson, Fallen Angel. J’ai bien accroché à l’époque puis l’ai oubliée…

J’ai réentendu ce titre presque par hasard quelques temps après sa disparition et cette chanson, ben pour moi, c’est lui, voilà.

Et en vidéo (un peu ringarde), c’est sur YouTube !

Ici aurait dû être God Only Knows des Beach Boys pour les mêmes raisons que Darwinara. Nous faisons un peu partie de la même tribu, normal que nous ayons spontanément des références communes. J’ai préféré en prendre une autre, du coup, pour ouvrir le champs des possibles, une qui est aussi un de nos hymnes (tout comme Les Copains d’Abord et L’Internationale entre autre).

Je vous aime…

En live et en vidéo (et sous titré en Castillan !), c’est sur Youtube.

Spontanément, j’aurais dit Il y a, mais comme il a déjà été pris par Chulie, je me rabats sur Rouge, pour la beauté de ces idéaux qui me construisent aussi chaque jour…

En live et en vidéo (et les chœurs de l’ex Armée Rouge), toujours sur YouTube.

Première chanson à histoire du Boss, c’est aussi ma préférée… Tranche de vie, elle m’a suivi depuis la première fois que je l’ai entendue il y a assez longtemps, déjà…

En live et en vidéo, dans une version assez différente (que je préfère même à l’original), c’est toujours sur YouTube

Où comment, grâce à ma mère, je suis entré dans la musique des années 70… Morceau anthologique « du » Floyd, il dure près de 16 minutes et constituait la face B de leur fantastique album Meddle. Pink Floyd a assurément marqué mes 15 ans à moi et c’est aussi un symole de mon adolescence, quand j’écoutais ça sous un casque, dans le noir de ma chambre, une cigarette au bec…

En live et en vidéo, tournée à Pompéï pour un concert sans public. Je sais, c’est concept et sur YouTube.

Ma « the love song ». Comment pouvait-il en être autrement ? J’aime sa double lecture (justemment soulignée par les 2 clips et demi qui existent), sa simplicité, son efficacité. Elle n’est reliée à aucune histoire en particulier, pour moi c’est juste une chanson « totale », qui se trouve sur ce qui reste à ce jour, et de loin, le meilleur album de U2, Achtung Baby.

En vidéo, pour le plaisir, le clip d’Anton Corbijn (à voir absolument !), celui de Phil Joanou (plus classique), et un live de 2001 à Slane Castle, Eire.

Voilà, fini cette balade musicale…

Je ne sais qui tagger, peut être snoow (retour d’ascenceur… tu pourrais actualiser tes liens, d’ailleurs !) et emmayleen (me lit-elle seulement ?)

7 Commentaires

Classé dans Au jour le jour, Musique, politique