Archives de Tag: simplification

Réformer l’ortografe ?

 

Fin du spectacle de la Place des Terreaux pour les Illuminations 2008

Fin du spectacle de la Place des Terreaux pour les Illuminations 2008

J’ai découvert ce matin une entrevue dans lemonde.fr d’André Chervel. Ce chercheur préconise une réforme de l’orthographe en profondeur pour aller dans le sens d’une plus grande simplification.

Il dresse le constat que l’orthographe devient un facteur de sélection à l’embauche, et qu’en même temps, nos élèves sont moins bon dans ce domaine qu’avant. Loin de jeter la pierre sur l’enseignement (ce qui est, avouons-le, plutôt sympa), il explique cette baisse de niveau par le fait que l’école se préoccupe de beaucoup d’autres choses que l’othographe seule (contrairement au temps où la dictée était l’épreuve reine du certificat d’étude) et que c’est très bien comme ça…

Du coup, il propose une simplification de la langue écrite qui est restée figée depuis 1835.

Il propose notamment la disparition des lettres muettes inutiles, les « h » derrière les « t » par exemple, des « ph » au profit des « f », des « y » qui se prononcent [i] au profit d’un « i ». On écrirait ipotèse plutît qu’hypothèse, par exemple.

Dans la même veine, pourquoi ne pas enlever les doubles lettres qui ne s’entendent pas ? Apeler pour appeler ?

Simplifier les règles aussi : les pluriels prenent un « s », sauf pour les mots se terminant déjà par « s », « x » ou « z »… 

Ma première réaction face à l’article a été extrêmement conservatrice : j’étais à deux doigts de me jeter sur un badge « touche pas à mon français » et descendre dans la rue pour défendre mon « hypothèse » ou mes « haricots »…

Mais en y réfléchissant bien, pourquoi vouloir absolument conserver une langue écrite figée dans du formol ? C’est un peu perdre de vue le but d’une langue : communiquer. La communication s’établissant entre au moins 2 personnes, il est nécessaire d’avoir un code commun. Mais a-t-on besoin qu’il soit aussi compliqué que ne l’est notre orthographe ? À la réflexion, je ne le pense pas… Plus simple, il sera plus aisé à apprendre et à comprendre, il permettra aussi de se focaliser sur d’autres choses plus importantes peut êtres (la formation du futur citoyen, la maîtrise de la compréhension, du geste graphique…) et il ne pourra être un frein à l’embauche ou plus globalement à l’insertion sociale. Car on sait tout de même qu’une bonne orthographe est aussi un marqueur social important.

Du coup, je crois que je vais m’ériger en défenseur d’une simplification de l’orthographe « à la française »…

Et puis, honnêtement, j’ai toujours envié un peu mes homologues castillans qui ont le privilège d’enseigner une langue où « ça s’écrit comme ça se prononce » : une foi le code alfabétique maitrisé, il est quasimen impossible de faire des fotes d’ortografe.

13 Commentaires

Classé dans Au jour le jour, École