Archives de Tag: printemps

Encore du vrac…

C’est un peu à la mode par chez moi en ce moment, ces messages décousus sans thème réel.

– J’ai fait une chouette récréation dans un parc aujourd’hui avec mes élèves, sur le chemin qui nous ramenait à l’école. Tout y était, le parc, le soleil, la douceur, leurs jeux… Un petit moment de plaisir que j’ai souhaité partagé avec mes élèves (il n’y a pas de faute de grammaire sur le « partagé » ici…). Je crois que l’aspect « volé  » de cette récréation impromptue a aussi beaucoup fait !

– Petite fatigue ne ce moment, beaucoup de travail, quelques déceptions professionnelles parfois, beaucoup de plaisir aussi. Tout s’équilibre, mais l’hiver semble long à terminer, les beaux jours sont encore trop rares, et le temps, assurément, semble me manquer à plusieurs niveaux : pas assez pour terminer le programme (mais j’ai décidé de relâcher un peu cette bride), pas assez pour moi (un week end passé en dehors de chez moi me semble volé, un luxe que je ne peux me permettre, puisque je n’y travaille pas suffisamment). Mais je prends du magnésium, et ça semble être la réponse à tous mes soucis (coucou à darwi !)

– Petite réflexion que je me faisais l’autre jour. J’imagine que tout le monde a entendu la nouvelle chanson des Enfoirés (pour une piqure de rappel, cliquez), reprise d’un tube des Status Quo avec des paroles de Jean Jacques Goldman. Je trouve sympa la petite pique des premiers vers :

On nous avait dit c'est pour un soir /On est encore là 20 ans plus tard / Les saltimbanques, c'est pas sérieux /Mais les ministères n'ont pas fait mieux

On nous avait dit c'est pour un soir /On est encore là 20 ans plus tard / Les saltimbanques, c'est pas sérieux /Mais les ministères n'ont pas fait mieux

Certes, mais je m’interroge justement sur l’effet pernicieux de ce genre de causes. Parlons politique !

Notre société est régie par un contrat (oui, je sors du Rousseau comme ça ! Mal digéré, sans aucun doute, mes excuses…). Les citoyens renoncent à l’usage de leur force personnelle au profit d’une sécurité collective régie par un état. Cette sécurité a un prix, et il est donc naturel que nous, citoyens, payons un impôt et élisons ceux qui seront chargé de le gérer pour le bien public.

Mais qu’entendons-nous par sécurité ? Il me semble que le rôle de l’état est d’assurer gîte et couvert pour tous, et qu’il vienne en aide à ceux qui sont dans le besoin, confiant dans le fait qu’une fois sortis de ce besoin, ceux là paieront à leur tour l’impôt.

Dans ce sens, des associations d’assistance, telles que les Restos du Cœur ne font que décharger l’état d’une partie de ses devoirs envers nous. Et puisque ces associations s’en chargent gratuitement, alors il est bien naturel que l’état leur abandonne. Au lieu de pallier un manque, en un sens ces assos ne font que l’entretenir, et à force de suppléer l’état dans ce qui devrait être une de ses tâches, elles ne font que le servir. Par là même, on cautionne l’idée d’un désengagement de plus en plus grand de l’état dans le domaine du social. Est-ce une bonne chose ? Vraiment ?

Je crois que l’état faillit à ses devoirs et que cette faillite est masquée par le dévouement et l’action, ô combien remarquable, de particuliers qui donnent de leur argent ou de leur temps…

– Voilà, c’est tout pour aujorud’hui !

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Au jour le jour, École, Musique, politique

Les arbres bourgeonnent !

Certes, il y aurait tout plein de choses à dire dans ce billet :

– un super week end parisien

– un super anniversaire et une surprise réussie

– une super visite au musée du quai Branly, même si nous n’avons pu faire que l’Afrique en deux heures (je me demande si Dieu n’a pas été moins efficace, après tout, s’il a tout créé en 6 jours, combien de temps juste pour l’Afrique ?)

Mais non, au lieu de ça, juste une photo qui montre un arbre à la sortie de la gare de la Part Dieu losque je rentrais de ce week end, forcément un peu déprimé.

Vous savez quoi ? Voir cet arbre qui bourgeonne, ben ça m’a rendu (un peu) le sourire !

img_0221

5 Commentaires

Classé dans Au jour le jour