Archives de Tag: Leonard Cohen

Another tag in paradise

Me voici taggué par Darwinara sur les 6 chansons qui me caractérisent (et la dernière devant être THE chanson d’amour)…

Alors allons-y !

En général, personne ne connaît vraiment… Cette chanson a une histoire particulière. Pour commencer, il faut savoir que mon père était un amateur de rock, un vrai. Formé musicalement fin des années 60, début des années 70, il a presque tout entendu, presque tout vu. Sa discothèque (de vinyls, bien entendu…) était immense et avait une profondeur que lui seul connaissait. Il faut dire qu’elle cumulait le nombre et l’absence de classement ! Mais il était fort. Un jour, je devais écouter du U2 ou du Peter Gabriel et il me dit, « ça me fait penser à quelque chose, bouge pas ». Là dessus, il se rue sur ses disques et me sort le disque de ce type, Robbie Robertson… Robbie qui ? Il me met la première chanson, cette chanson, Fallen Angel. J’ai bien accroché à l’époque puis l’ai oubliée…

J’ai réentendu ce titre presque par hasard quelques temps après sa disparition et cette chanson, ben pour moi, c’est lui, voilà.

Et en vidéo (un peu ringarde), c’est sur YouTube !

Ici aurait dû être God Only Knows des Beach Boys pour les mêmes raisons que Darwinara. Nous faisons un peu partie de la même tribu, normal que nous ayons spontanément des références communes. J’ai préféré en prendre une autre, du coup, pour ouvrir le champs des possibles, une qui est aussi un de nos hymnes (tout comme Les Copains d’Abord et L’Internationale entre autre).

Je vous aime…

En live et en vidéo (et sous titré en Castillan !), c’est sur Youtube.

Spontanément, j’aurais dit Il y a, mais comme il a déjà été pris par Chulie, je me rabats sur Rouge, pour la beauté de ces idéaux qui me construisent aussi chaque jour…

En live et en vidéo (et les chœurs de l’ex Armée Rouge), toujours sur YouTube.

Première chanson à histoire du Boss, c’est aussi ma préférée… Tranche de vie, elle m’a suivi depuis la première fois que je l’ai entendue il y a assez longtemps, déjà…

En live et en vidéo, dans une version assez différente (que je préfère même à l’original), c’est toujours sur YouTube

Où comment, grâce à ma mère, je suis entré dans la musique des années 70… Morceau anthologique « du » Floyd, il dure près de 16 minutes et constituait la face B de leur fantastique album Meddle. Pink Floyd a assurément marqué mes 15 ans à moi et c’est aussi un symole de mon adolescence, quand j’écoutais ça sous un casque, dans le noir de ma chambre, une cigarette au bec…

En live et en vidéo, tournée à Pompéï pour un concert sans public. Je sais, c’est concept et sur YouTube.

Ma « the love song ». Comment pouvait-il en être autrement ? J’aime sa double lecture (justemment soulignée par les 2 clips et demi qui existent), sa simplicité, son efficacité. Elle n’est reliée à aucune histoire en particulier, pour moi c’est juste une chanson « totale », qui se trouve sur ce qui reste à ce jour, et de loin, le meilleur album de U2, Achtung Baby.

En vidéo, pour le plaisir, le clip d’Anton Corbijn (à voir absolument !), celui de Phil Joanou (plus classique), et un live de 2001 à Slane Castle, Eire.

Voilà, fini cette balade musicale…

Je ne sais qui tagger, peut être snoow (retour d’ascenceur… tu pourrais actualiser tes liens, d’ailleurs !) et emmayleen (me lit-elle seulement ?)

Publicités

7 Commentaires

Classé dans Au jour le jour, Musique, politique