Archives de Tag: Jean Jacques Goldman

Le zapping [édité avec le timing de la vidéo]

Le Zapping de Canal Plus fête ses 20 ans. Je viens de tomber sur un bout d’intégrale un peu par hasard.

Je viens d’y revoir les images qui ont conduit Jean Jacques Goldman à écrire la chanson « Juste après ». Bon, ça fait toujours son effet, j’ai beau les connaître par cœur, j’en pleure à chaque fois…

Fredericks, Goldman, Jones –  Juste après

Mais ce qui m’a le plus touché, c’est ce direct avec l’envoyée spéciale de TF1 à Gorazde, lors de la guerre en Bosnie en 1994. Elle raconte que les forces serbes ont systématiquement incendié les maisons des habitants au fur et à mesure de leur avance, les chassant vers le centre de la ville. Elle raconte, la voix tremblante, les 60 000 personnes emprisonnées dans la cité, près des postes de secours de la Croix Rouge. Elle raconte les gens entassés dans les rues. Elle raconte les tirs serbes sur l’hôpital, les médecins qui s’arment… Et elle termine, la voix brisée : « on ne peut plus rien à faire »…

Il y a toute l’immobilité de la « Communauté Internationale » à faire quoi que ce soit contre ces atrocités qui se sont déroulées sous nos yeux. Souvenez-vous de la chute de ces enclaves de Gorazde, de Srebreniza, le calvaire de Sarajevo…

[Edit du 12/10] J’ai retrouvé la vidéo sur la rétro du zapping. Il est disponible sur le site de canal plus : http://player.canalplus.fr/#/283340. Il faut aller à 9’54.

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Au jour le jour, Musique, politique

Je dis musique (25) – l’envie

Taggué par darwimimi suite au tag de Chulie

Il me faut donc relever un défi : trouver une chanson par  pécher capital et par semaine.

Si vous avez suivi le lien plus haut, vous aurez pris le soin de lire ce que darwi a récupéré sur le sujet, je ne m’étendrai donc pas.

Premier pécher aujorud’hui : l’envie. Bon déjà, je triche, car c’est plus de la jalousie que de l’envie… Quoique ! Ca se discute.

Enfin bref, cette chanson a été écrite par Jean-Jacques Goldman et j’avoue être passé à côté. Il faut dire que Patrick Fiori, c’est pas ma tasse de thé et qu’honnêtement, les arrangements sont plus que bofesques. Mais je me suis dit, il n’y a pas si longtemps que Goldman n’avait pas l’habitude d’écrire des trucs spécialement mauvais, voire même qu’il écrivait des chansons plutôt intelligentes dans l’ensemble. Alors quoi, il se serait fourvoyé ?

Résolu de tirer ça au clair, je file sur youtube pour écouter. Pas entendre, hein, écouter, écouter vraiment… Et du coup, ben je la trouve courageuse cette chanson, bien ficelée, hormis les arrangements (on en le dira jamais assez !) à la limite de l’acceptable !

Alors, pour la beauté du texte :

Patrick Fiori, Jean-Jacques Goldman, Christine Ricol – 4 mots sur un piano

5 Commentaires

Classé dans Musique

Je dis musique (6)

Parce que c’est la grève aujourd’hui, une chanson de grève, qui nous rappellera quelques glorieux précédents…

Il s’agit du Temps des Cerises.

Une chanson du patrimoine, chantée par tellement d’artistes (Cora Vaucaire, Yves Montand, Charles Trénet, Nana Mouskouri, Patrick Bruel et Jean Jacques Goldman, Noir Désir, Chanson Plus Bifluorée, Pascal Comelade, etc, etc, etc…) ! À chacun de choisir « sa » version !

Voyez ce que nous déniche Deezer…

Pour ma part, j’ai un petit faible pour la version dépouillée à l’extrême de Patrick Bruel & JJG.

La chanson fut écrite par Jean-Baptiste Clément et mise en musique par Antoine Renard en 1866. Elle fut associée à la Commune de Paris moins de 5 années plus tard…

Quand nous chanterons le temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête …
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur

Mais il est bien court le temps des cerises
Où l’on s’en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d’oreille …
Cerises d’amour aux robes pareilles
Tombant sur la feuille en gouttes de sang
Mais il est bien court le temps des cerises
Pendants de corail qu’on cueille en rêvant

Quand vous en serez au temps des cerises
Si vous avez peur des chagrins d’amour
Évitez les belles …
Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai point sans souffrir un jour
Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi vos peines d’amour

J’aimerai toujours le temps des cerises
C’est de ce temps-là que je garde au cœur
Une plaie ouverte …
Et Dame Fortune, en m’étant offerte
Ne pourra jamais fermer ma douleur
J’aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur

Et sur Youtube, cette version de Geike Arnaert & Bobbejaan Schoepen.

4 Commentaires

Classé dans Musique, politique

La chanson qui donne la pèche (2)

Inauguration officielle du jeudi !

Aujourd’hui, Jean-Jacques Goldman. Inévitable pour moi, avec d’autres que nous croiserons plus tard, et cette chanson aussi…

« On ira »… Musique entraînante, du Goldman 100%, mais efficace.

J’aime cette chanson pour ce qu’elle raconte, parce qu’elle est résolument optimiste et que j’aimerais, un jour, le dire à quelqu’un exactement comme ça (ou qu’on me le dise aussi, pourquoi pas !)…

La version ici est une version live. J’ai réécouté la version studio, et elle me semble bien molle. En concert, elle prend toute son ampleur…

Ou ici, si ça marche pas.

Bon, Jean Jacques ne peut s’empêcher de cabotiner un peu à la fin… On aime ou pas !

9 Commentaires

Classé dans Musique

Another tag in paradise

Me voici taggué par Darwinara sur les 6 chansons qui me caractérisent (et la dernière devant être THE chanson d’amour)…

Alors allons-y !

En général, personne ne connaît vraiment… Cette chanson a une histoire particulière. Pour commencer, il faut savoir que mon père était un amateur de rock, un vrai. Formé musicalement fin des années 60, début des années 70, il a presque tout entendu, presque tout vu. Sa discothèque (de vinyls, bien entendu…) était immense et avait une profondeur que lui seul connaissait. Il faut dire qu’elle cumulait le nombre et l’absence de classement ! Mais il était fort. Un jour, je devais écouter du U2 ou du Peter Gabriel et il me dit, « ça me fait penser à quelque chose, bouge pas ». Là dessus, il se rue sur ses disques et me sort le disque de ce type, Robbie Robertson… Robbie qui ? Il me met la première chanson, cette chanson, Fallen Angel. J’ai bien accroché à l’époque puis l’ai oubliée…

J’ai réentendu ce titre presque par hasard quelques temps après sa disparition et cette chanson, ben pour moi, c’est lui, voilà.

Et en vidéo (un peu ringarde), c’est sur YouTube !

Ici aurait dû être God Only Knows des Beach Boys pour les mêmes raisons que Darwinara. Nous faisons un peu partie de la même tribu, normal que nous ayons spontanément des références communes. J’ai préféré en prendre une autre, du coup, pour ouvrir le champs des possibles, une qui est aussi un de nos hymnes (tout comme Les Copains d’Abord et L’Internationale entre autre).

Je vous aime…

En live et en vidéo (et sous titré en Castillan !), c’est sur Youtube.

Spontanément, j’aurais dit Il y a, mais comme il a déjà été pris par Chulie, je me rabats sur Rouge, pour la beauté de ces idéaux qui me construisent aussi chaque jour…

En live et en vidéo (et les chœurs de l’ex Armée Rouge), toujours sur YouTube.

Première chanson à histoire du Boss, c’est aussi ma préférée… Tranche de vie, elle m’a suivi depuis la première fois que je l’ai entendue il y a assez longtemps, déjà…

En live et en vidéo, dans une version assez différente (que je préfère même à l’original), c’est toujours sur YouTube

Où comment, grâce à ma mère, je suis entré dans la musique des années 70… Morceau anthologique « du » Floyd, il dure près de 16 minutes et constituait la face B de leur fantastique album Meddle. Pink Floyd a assurément marqué mes 15 ans à moi et c’est aussi un symole de mon adolescence, quand j’écoutais ça sous un casque, dans le noir de ma chambre, une cigarette au bec…

En live et en vidéo, tournée à Pompéï pour un concert sans public. Je sais, c’est concept et sur YouTube.

Ma « the love song ». Comment pouvait-il en être autrement ? J’aime sa double lecture (justemment soulignée par les 2 clips et demi qui existent), sa simplicité, son efficacité. Elle n’est reliée à aucune histoire en particulier, pour moi c’est juste une chanson « totale », qui se trouve sur ce qui reste à ce jour, et de loin, le meilleur album de U2, Achtung Baby.

En vidéo, pour le plaisir, le clip d’Anton Corbijn (à voir absolument !), celui de Phil Joanou (plus classique), et un live de 2001 à Slane Castle, Eire.

Voilà, fini cette balade musicale…

Je ne sais qui tagger, peut être snoow (retour d’ascenceur… tu pourrais actualiser tes liens, d’ailleurs !) et emmayleen (me lit-elle seulement ?)

7 Commentaires

Classé dans Au jour le jour, Musique, politique