Archives de Tag: bleach

Je dis musique (7)

Pause bloguesque cette semaine…

Pas faute d’avoir eu des idées, mais le courage, le temps, l’envie d’écrire m’a manqué. Trop de travail en ce moment, la fin de l’hiver, que sais-je ?

Bref, je ne peux tout de même pas manquer mon rendez-vous hebdomadaire avec la musique.

Dépaysement aujourd’hui, puis que nous nous envolons vers le Pays du Soleil Levant…

Ainsi que je l’ai déjà dit précédemment, j’ai (re)découvert les mangas, et avec eux tout un pan de la culture japonaise… Et sa musique… et son métal !

Ichirin no Hana de HIGH and MIGHTY color (avec les paroles en karaoke et traduites en anglais ! Si si si !)

J’ai découvert et envoyé ce titre samedi dernier et l’ai partagé avec des amis. Mon frère, encyclopédie vivante du rock (avec une nette référence pour les Who, son sésame dans ce merveilleux monde musical), m’a alors renvoyé du vrai métal japonais, du vrai de vrai :

Rock de korose! de Guitar Wolf

Question subsidiaire (à laquelle Lulu n’a pas le droit de répondre !) : quel est le manga dont Ichirin no Hana est le générique ?

*

4 Commentaires

Classé dans Musique

Découverte

Je souhaitais faire une note sur ma toute dernière découverte : les mangas (animés surtout).

Certes, ce n’est pas nouveau, mais pour moi, un peu.

Bon, quand j’étais petit, j’étais fan du Club Dorothée, mais est-ce que ça compte vraiment ? Je ne loupais pas un épisode des Chevaliers du Zodiaque et encore moins d’Olive et Tom… Ahh, les génériques de merde Bernard Minet et de ses acolytes !!!! Sans tomber dans le nostalgisme revanchard, ça a bercé une partie de mon enfance, assurément… Et puis après ?

Après rien… Faut dire que j’ai grandi. Je sais, ça arrive à beaucoup de monde un truc pareil. Sauf que moi, je voulais faire grand. Alors j’ai essayé de me conformer à l’image que je me faisais du monde des grands : j’ai arrêté les dessins animés (truc de môme), ou alors en douce -et avec culpabilité-, je me suis mis à fumer et à me prendre la tête (ce qui fait que je ne me suis pas mis à baiser, faut pas déconner… Plus tard 😉 ).

Et puis un jour, par la grâce d’une chouette famille et d’un de leur rejeton, je me suis aperçu qu’on pouvait être grand ET continuer à jouer, à rire, à s’amuser… J’ai alors découvert qu’un adulte n’est qu’un enfant qui a grandi et que les fées existaient (lire ou relire Peter Pan ici).

À partir de ce moment là, je me suis mis à redécouvrir plein de choses que j’avais très bêtement catégorisées « enfant ». Au premier rang desquelles la BD, les films de Walt Disney (j’ai eu ma période Disney tardive, oui…) ou, beaucoup plus récemment, les mangas.

J’y avais un peu regoûté, aux mangas, mais par petite touche. Akira y fut mon guide. Ce monde post apocalyptique ultra violent m’avait plu dès sa sortie en France. J’avais beaucoup aimé le film avec… Plus tard, je suis tombé sur Macross Plus. Un long métrage diffusé par Canal Plus à l’époque avec des méchas. Je me souvenais de Robotech qui passait le dimanche matin sur la 5e et ses avions qui se transformaient en robots (les méchas, donc…). Bof, je regardais, mais pas tant que ça… Nantis de ces préjugés, je me suis lancé dans Macross Plus. Un choc. Derrière les méchas, une vraie histoire, un monde onirique, le film se joue sur un faux rythme tout le long et nous emmène dans les étoiles. L’histoire est un condensé de ce qui se fait dans quasiment tous les Macross (si j’ai bien compris) : méchas, musique, triangle amoureux, lutte pour la survie…

macplusmg

Cette découverte restera sans lendemains immédiat… et puis récemment, par la grâce dune amie qui est un petit peu fan de mangas (on pourra dire comme ça, hein ?), je m’y suis remis dedans. Tout seul, comme un grand, au départ, puisque mes recherches sur le net m’ont mené vers un monument (à mon avis…) : Macross Frontier. Le dernier Macross en date, avec les ingrédients du genre, des combats spatiaux sur fond de chansons de variété japonaises qui vont sauver le monde… Le pied! Et encore une fois, une vraie histoire, servie par une animation sans failles.

macross-frontier-op-large-02

Alors j’ai demandé conseil et me voilà plongé jusqu’au cou (peut être un peu au delà, même) dans Bleach. Une histoire d’un lycéen qui  retrouve être un Shinigami (Dieu de la mort, en quelque sorte) dans le monde spirituel avec des pouvoirs classes (et une super épée !) et à qui il arrive tout plein de trucs. L’histoire est à rebondissement (on m’avait prévenu) et je suis resté scotché pendant les 43 premiers épisodes… Dès que je peux, je me fais le 44e : vont-ils ruéssir à la sauver ? 😀

bleach

Bon, je vais être honnête, il y a des faiblesses, et si certains moments du scénarios sont scotchants, d’autres sont sans surprises ; le modèle de l’histoire est classique (le garçon un peu différent qui a en fait des pouvoirs cachés et qui va sauver ses proches, sa ville, le monde, l’univers, etc…, c’est un classique depuis que l’homme fait des histoires ou presque !), certains personnages aussi. Mais c’est pas grave, en fait, car l’animation est chouette, les épisodes, courts, sont rythmés et on a tout le temps envie d’aller plus loin pour savoir ce qu’il se passe. Les génériques sont sympas aussi (le premier est là, j’en suis au second… On m’a dit qu’il y en avait un qui déchirait ensuite !) !

Ce qu’il y a d’intéressant dans tous ces mangas, c’est la découverte d’une société différente de la nôtre. Il faut les regarder en japonais, il y a plein de formulations qui nous sont inconnues (Par exemple, j’ai pas encore tout à fait compris les manières de s’adresser aux gens, les -kun, -san et autre accolés à la fin de leur nom ou de leur prénom). En tous les cas, ça m’a rendu plein de curiosité pour la société et la langue japonaise.

Un jour, je m’y mettrai (après l’allemand, visiblement… chaque chose en son temps…).

5 Commentaires

Classé dans Au jour le jour