Le temps du bilan

Que voilà un billet que je souhaitais faire depuis le 2 juillet, mais sans prendre le temps de m’y ateler…

En même temps, pas très surprenant, faire un bilan, c’est aussi une manière de terminer quelque chose, d’y mettre un point final, et là, j’ai pas très envie, je crois…

Ce bilan est celui de ma première année d’enseignant, ma première « vraie » année d’enseignant à temps plein, de septembre à juin. Cette année ça aura été :

– Plus de confiance. Je me souviens de ce jour de septembre où mon inspectrice avait convoqué tous les T1 (pour titulaires première année, les débutants, quoi). Elle nous avait dit que nous allions beaucoup apprendre cette année-là et que nous verrions la différence à la fin. Sur le moment, empli d’appréhension face à tous ces nouveaux défis, je ne l’ai pas crue. Et bien j’aurais dû ! C’est effectivement effarant le nombre de choses apprises en une seule année. Rien de frappant, seulement une habitude à faire le boulot, des automatismes, une certaine capacité à mieux sentir, à mieux anticiper les choses. Ca n’évite pas les cours ratés, oh non, mais on sait plus y faire face, on apprend à laisser tomber maintenant pour y revenir ensuite. Et finalement, on gagne de la confiance, parce que l’on est plus efficace.

– Travailler avec les enfants, c’est vraiment bien. J’imagine que c’est légèrement classique comme assertion lorsqu’on est prof. Mais c’est tellement vrai. Si parfois (souvent), se lever le matin à 6h15 a été difficile, si l’envie manquait, ce n’était que parce qu’il s’agissait d’aller au travail, jamais de retrouver ma classe. Tous les matins, dès que les élèves étaient là, ça allait, il fallait être à 100% et foncer. Et ça a été génial ! Ils auront tour à tour été merveilleux, drôles, touchants, surprenants, généreux… En un mot, magiques ! Et ils ont rendu cette année là particulière…

– En fait les vacances c’est nul ! Enfin les grandes, pas les petites. Les petites sont des respirations dans l’année qui font du bien à tout le monde, les grandes, c’est différent… J’ai un peu honte de l’avouer, après avoir claironné que les vacances sont inhérentes au métier de professeur et une chance, mais je ne les aime pas, celles-ci. Les grandes vacances, ça signifie devoir se séparer de sa classe. Le possessif veut tout dire, il s’agit bien de « ma » classe, de « mes » élèves et les voir partir vers d’autres horizons, c’est raide. Je le pressentais bien, mais c’est un crève cœur, un vrai deuil à faire, finalement, une vraie déprime : avoir partagé tous ces moments avec « ses » élèves pour ne plus jamais les revoir ??? Mais c’est bizarre, car le reste du monde (j’exagère un peu) nous envie d’être en vacances deux mois de suite, donc nous devrions être heureux. Ben en fait non, ça le fait juste pas !

Mais il me reste encore un certain nombre de semaines de vacances pour m’y faire et être prêt à accueillir de nouvelles classes 😉

Pour terminer, c’est un bilan positif. J’ai découvert un métier qui me plaît plutôt bien, et même si des zones d’ombres subsistent (en vrac : les programmes, notre hiérarchie, les collègues -mais pas tous, heureusement, au contraire, même !- et/ou les directeurs parfois), je sais bien pourquoi je fais ce boulot, pourquoi je viens à l’école tous les matins : les élèves. Et c’est bien pour eux que je continue en septembre !

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Au jour le jour, École

3 réponses à “Le temps du bilan

  1. Nico le croco

    Je pourrais reprendre la plupart des trucs que tu as écris Rampa.
    Quand on prépare le capes, la chose qui nous intéresse, c’est la matière. Or, durant mon année de stage, je me suis rendu compte combien la relation avec les élèves pouvait me passionner. C’est quelque chose qui fait vraiment le charme de notre métier.
    En plus, pour vous, dans le primaire, ça doit être plus fort : vous gardez les mêmes élèves toutes la journée !
    C’est tjs dur de quitter certains élèves en juin. Ca a été mon cas cette année avec la 3° dont j’étais le prof principal. Heureusement qu’il reste facebook pour garder le contact.

    Sinon, tu vas voir que l’expérience va t’apporter plein de choses.

    Maintenant, tu dois aussi te dire que certaines années, tu auras peut-être des classes avec lesquelles tu auras moins de liens. Ca peut arrivait. Mais c’est tjs bien de commencer avec une classe avec lesquelle on se régale !!

  2. je suis heureuse de lire un tel billet 🙂
    j’espère que tu garderas longtemps ce plaisir et la passion de ton ton métier.

  3. plip

    Tu bosses pas beaucoup ton blog en vacances toi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s