Archives mensuelles : mai 2009

Je dis musique (15)

Oups, j’ai laissé passé une semaine sans rien 😎
Bon, pas grave, let’s go !

De l’actualité pour aujourd’hui… Peut être pas la vôtre, non, mais la mienne sûrement !
Demain soir (vendredi), spectacle de fin d’année (certes, un peu tôt chez nous, c’est vrai !) avec tous les élèves de l’école. Les élèves de ma classe vont donc chanter et danser sur deux titres.

Le premier est tiré d’un très grand film : Singin’ in the rain. Il s’agit du titre Good morning. Joyeux, entraînant, certes un peu vieillot… C’en est devenu ma sonnerie de réveil le matin 😉

Gene Kelly, Debby Reynolds & Donald O’Connor – Good morning

Le second, c’est un titre d’un grrrrrrand interprète (darwiiiiiiiiii, comment on le fait le point d’ironie avec un clavier ?), Sacha Distel : Toute la pluie tombe sur moi (nota : je n’ai pas choisi les titres ! Même si je suis à 100 % pour le premier). La version ici est un peu particulière : multilingue et en duo… Enjoy, anyway !

Sacha Distel & Patty Pravo – Toute la pluie

Pour terminer, retour à Good Morning, dans une version, hum, un peu particulière

Publicités

7 Commentaires

Classé dans École, Musique

My strange map

Connaissez-vous le site Strange maps ?

Conseillé il y a quelques temps par Darwinara qui connaît mon amour des cartes en tout genre, Il s’agit d’un site qui recense des cartes différentes, rêvées, imaginées, déformées, etc… À visiter pour tomber sur des petits bijoux. Le site prouve, si besoin est de le faire, qu’une carte n’est jamais anodine.

L’autre jour, en lisant un des nombreux journaux gratuits que l’on trouve de bon matin dans le métro, j’ai découvert cette carte, partie d’une pub pour une grande banque française :

My strange map

Lyonnais, j’ai tout de suite été interpellé par la position très nordique de Lyon : nous sommes quasiment en Saône-et-Loire !
Ce même département accueille aussi Bourg-en-Bresse, préfecture de l’Ain et maintenant située à la frontière avec le Jura. Bon, ça ne vaut pas la célébrissime carte de CNN plaçant Toulouse dans les Alpes et Lyon à Clermont-Ferrand, mais quand même, je trouvais ça rigolo.
D’ailleurs, votre ville est-elle bien placée ?

3 Commentaires

Classé dans Au jour le jour

Parole d’élève

Voici M. 10 ans, bientôt 11.

Elle m’envoie, pour notre journal scolaire, ce conte, tiré des philo-fables publiées chez Albin Michel :

Le   Savant et le Passeur.

Une rivière était si large qu’il n’y avait pas de pont pour la traverser. Aussi un passeur s’était-il installé sur ses rives. Contre quelques misérables piécettes, il faisait  traverser les voyageurs.

Or il advient qu’un grand lettré, encombré de livres et de dictionnaires eut à utiliser ses services. Au moment où il montait dans la barque, le passeur lui souhaita la bienvenue, et chose et d’autres.

Le savant se rendit compte qu’il n’avait pas beaucoup d’érudition et ne maîtrisait pas bien la grammaire.

– Dis- moi mon ami, lui demanda-t-il, n’as-tu jamais été à l’école ?

– Non, lui répondit le passeur, en continuant à ramer.

– Alors mon ami, tu as perdu la moitié de ta vie.

Le passeur en fut blessé, mais il garda le silence. Lorsque la barque fut au milieu du fleuve, un courant rapide la renversa, les deux hommes se retrouvèrent à l’eau, assez loin l’un de l’autre. Le passeur vit que le savant  se débattait pour ne pas se noyer.

Il lui cria :

– Est-ce que tu as appris à nager, maître ?

– Non, répondit le savant, qui continuait à se débattre.

– Alors, mon ami, tu as perdu toute ta vie.

Et M. de commenter :

Ceux qui n’ont fait d’études subissent souvent la moquerie, le mépris des gens cultivés. Ce conte est leur revanche ! N’ y a t-il pas en effet nombre de savoir que l’ on n’apprend pas sur les bancs de l’école ?

C’est merveilleux :’)

4 Commentaires

Classé dans École

Découvrir sa ville

J’ai une chance extraordinaire en ce moment…

Certes, j’ai une classe fantastique, ce qui est déjà pas mal, dont l’école est située vers Saint Just. Pour ceux qui connaissent pas Lyon (les pauvres !), c’est sur l’une des deux collines de la ville, celle de Fourvière. Fourvière, pour moi, ça a longtemps été la colline qui prie, celle de la basilique moche et des amphithéâtres romains. Bref, le côté touristique.

Depuis que les beaux jours sont revenus, j’essaie de venir à l’école en transports en commun et de redescendre à pieds. Du coup, je me balade un peu plus et découvre des coins très chouettes que je ne connaissais même pas. Revue de détail

La montée du Gourguillon

LE coin où j’aimerais habiter. Petite montée en pavés, encadrée d’immeubles à façades peintes. Je lui trouve un petit côté village du sud qui me paraît fort agréable. En plus, on a l’impression de quitter la ville. Certes, je dois confesser un léger souci d’accessibilité qui doit être fatiguant à la longue.

© Coco

© Coco

Un exemple de vue que l’on dans la montée lorsqu’on regarde la Cathédrale

 © Coco

© Coco

Toujours dans la même montée, perdue au fond d’une petite impasse : une des plus anciennes maisons de Lyon, avec des balcons en bois dont on ignore vraiment comment ils peuvent tenir debout !

© Coco

© Coco

Autre coin tout juste découvert hier : un petit parc niché au bout d’un aprking. Chose étonnante, ce petit bout de jardin est une collaboration montréalo-lyonnaise. Car il faut savoir que Lyon et Montréal sont jumelées ! Si si si ! Bref, ce jardin a donc té fait en collaboration avec des paysagistes lyonnais et montréalais. Ils expliquent tout sur un panneau au début et heureusement, car sinon, je n’aurais pas compris que la minuscule passerelle métallique que l’on peut emprunter sympbolisait en fait le pont Jacques-Cartier. Sinon, il y a les mêmes chaises fixes que l’on trouve au Parc Lafontaine. Voilà pour la collaboration !

Le principal intérêt de ce parc réside surtout dans son point de vue incomparable sur la ville. N’ayant pas sur moi mon appareil photo, je n’ai pris qu’une photo avec mon téléphone. J’y retournerai, promis juré avec un vrai appareil photo !

© rampa

© rampa

Je trouve ça très agrable de découvrir des coins de SA ville, de se dire qu’on a encore beaucoup à voir, finalement, et que c’est juste en bas de chez soi !!!

12 Commentaires

Classé dans Au jour le jour

Je dis musique (14)

Je vous jure c’est vrai, j’ai des idées de post…

Mais je les poste pas ! Un jour peut être… Nous voici donc à notre rendez-vous hebdomadaire qui sauve encore les apparences que ce blog existe !

Aujourd’hui, grâce à facebook et une collègue, voici, en quelque sorte, une vidéo ultime : toute la pop en une chanson… et 4 accords !

Je vous présente donc The Axis of Awesome, un groupe australien qui, toute proportion gardée, ressemble un peu aux Flight of the Conchords, « voisins » néo Zélandais (voisins, voisins, bon, vu de loin, c’est la porte d’à côté !), et qui nous donnent donc la recette du succès.

Tout tient à 4 accords :

The Axis of the Awesome – 4 chords

Je ne résiste donc pas de poster ce qui est à mon goût le hit des flight of the conchords…

Flight of the Conchords – Foux dou fa fa

*Baguette…*

Poster un commentaire

Classé dans Musique

Je dis musique (13)

Ce coup là, je ne vais pas tricher en changeant exprès la date.

J’ai pas fait ce jeudi, c’est mal, je sais, je n’ai aucune excuse, non, aucune, absolument aucune…

Pour ce 13e opus de Je dis musique, partons en voyage. Oh, pas très loin, non, partons en Catalogne.

Il y a quelques années, le FC Barcelone, club de foot de la ville accédait à la finale de la Ligue des Champion et l’emportait. Un ami que j’avais en Catalogne, le jour même de la finale, m’avait envoyé ces quelques vers : « Venim del nord, venim del sud, de terra endis, la mare enlla, Barça, Barça, Barça ». Hier, à l’heure de la demi finale retour de cette même compétition alors que j’espérais la qualification de Barcelone, je em suis souvenu de ces paroles. J’ai alors découvert qu’elles étaient issues d’une chanson de Lluis Llach (moins le Barça, Barça, Barça, bien entendu). Lluis Llach, artiste, auteur, chanteur catalan, Lluis llach que j’avais croisé alors que j’avais 13 ans, aux Francofolies de la Rochelle. Ma mère travaillait indirectement avec eux à l’époque, elle devait y passer la semaine pour son travail et m’avait emmené. C’était le premier soir, nous avions pris le train spécial des Francos le matin, croisé du monde, beaucoup de monde. Nous avions l’intention de suivre le concert de Nilda Fernandez. Il devenait connu à l’époque, Nilda, c’était après « Madrid, Madrid », « Nos fiançailles » et « L’invitation à Venise ». Ma mère l’avait croisé par hasard plus tôt dans la journée… Ce genre de rencontres impromptues qui se révèlent importantes, finalement…

Nilda devait faire la deuxième partie d’un concert qui en compte trois. Un artiste découverte pour commencer, un autre qui confirme puis la star. Me demandez pas qui faisait la star, celui qui confirme, c’était Nilda Fernandez et l’ouverture Lluis Llach.

Inconnu au bataillon, ce type, donc pas intéressant, catalogué, pesé, étiqueté, au revoir et merci : nous sommes allé manger un bout rapide au resto du village des Francos, situé juste derrière la scène. On entendait donc tout ce qui se passait sur scène, les images étant relayées sur des écrans un peu partout.

Et là, à un moment donné, stupeur. Lluis Llach, il chante, tout seul, a capella, devant 15 000 personnes… tout le concert !

Je n’ai pas eu la curiosité d’aller plus loin et d’écouter vraiment, au retour des Francos ou même plus tard, ce chanteur qui nous avait impressionné, mais jamais je n’ai oublié son nom… Lluis Llach !

Lluis Llach – Venim del Nord, venim del Sud

Petits piqures de rappel :

Nilda Fernandez – Nos fiançailles

5 Commentaires

Classé dans Musique

Ne pas légiférer sur l’inceste !

frenchnationalassembly

La petite affaire du cache-cache des députés pour faire avorter le vote de la loi HADOPI aura mis en lumière une autre loi , celle sur l’inceste. Il avait en effet été question de déplacer son vote pour permettre un nouveau vote d’HADOPI.

Inutile de gloser sur ce subterfuge qui permet de représenter une loi au vote autant de fois que l’on veut jusqu’à son adoption. Pour moi, ça en dit long sur le pouvoir qu’ont les députés et avec eux le pouvoir législatif. Il ne s’agit donc que d’enregistrer des lois, voire à les amender ;  le pouvoir réel penche de plus en plus vers l’exécutif.

Passons, donc, et revenons sur l’inceste. Il s’agit là d’une loi qui vise à faire de l’inceste un délit. Naïvement, je pensais que c’en était déjà un, de délit, amalgamant inceste et viol incestueux. Un article lu l’autre jour je ne sais où (et pan ! dans tes sources !) m’a appris que non en fait et que c’était très bien comme ça.

La Révolution avait en son temps décriminalisé l’inceste au nom de la liberté individuelle. À bien y réfléchir, c’est logique.

La société se doit de légiférer sur les actes qui la mettent en danger, c’est une nécessité qui la protège (est-ce pour autant nécessaire de la protéger  telle qu’elle est ? Il s’agit là d’une question politique qui se pose, mais ce n’est pas notre sujet :p ). De ce point de vue sont interdits et punis des comportements portant atteinte aux droits des personnes qui la compose, à leur propriété, etc, etc.

Le viol incestueux est donc réprimé, et c’est logique : il s’agit ici d’une relation sexuelle imposée à un individu, il y a clairement atteinte à la personne.

Mais l’inceste ?

L’inceste, pas en tant que viol entendons-nous bien, mais en tant que relation sexuelle consentie par deux individus de la même famille ? La religion, la morale réprouve un tel comportement, mais la loi devrait-elle le criminaliser ?

Au-delà de cette question s’en pose une autre : la société a-t-elle a légiférer sur des questions de morale ? Pour ma part, je ne le pense pas. La société réprime des comportements portant atteintes aux individus qui la compose, c’est son rôle, mais qu’elle s’immisce ainsi dans la vie privée, c’est non. La morale est forcément fluctuante, dépend de son milieu d’origine, des choix de vie qui ont été faits par les individus libres et consentants. Ce qui est réprouvé dans telle maison sera accepté dans telle autre. Et tant qu’un comportement ne met pas en danger un autre individu, il ne doit pas tomber sous le coup de la loi.

6 Commentaires

Classé dans politique