Tout et n’importe quoi…

Bonjour !

Aujourd’hui, premier mars… Mars, le mois du printemps, des zoziaux qui chantent dans les bois rues, du soleil qui brille par son absence… Bref : serait-ce la fin de l’hiver ?

On y a cru hier : blue sky, shining sun… Moins aujourd’hui : grey sky, missing sun… No Comment !

Bon, cette note de blog s’annonce décousue, c’est une tentative !

Tout d’abord, une histoire.

Pour l’anonymat nécessaire et requis par le net, j’utiliserais des initiales, mais celles des pseudos, pas des vrais prénoms. Cette histoire est une chaîne avec B., G., J., D. et moi même.

Tout a commencé par la lecture de ce livre : Les Falsificateurs d’Anointe Bello. Je ne sais pas exactement de qui c’est parti, mais en tout cas, B., G. et J. l’ont lu, l’ont conseillé à moi même, à D. J’en ai profité pour le faire lire aussi à C. (invitée surprise !). Bref, pas mal ce livre, mais frustrant. Frustrant car ça se termine en eau de boudin et qu’il fallait attendre une suite.

Un jour, j’ouvre Livres Hebdo et tombe sur une pub annonçant la sortie de la dite suite, Les Éclaireurs. Tout content, j’appelle J. qui, blasée, me répond, ben oui, je le sais, G. est en train de le lire, je te le passerai si tu veux. Je grumpfise en me disant « Pfff, si tout le monde est au courant alors… », un peu vexé. Je n’en parle à personne, du coup. Je le montre à C. dans une vitrine devant laquelle nous assons, par hasard et voilà…

Hier, D. me contacte par chat toute contente de découvrir l’existence de ce livre. Réponse blasée de moi même « Ah bon, tu savais pas ? G. doit d’ailleurs me le prêter ». J’entends son grumpf numérique (le même que le mien 2 semaines plus tôt… Je le connais bien) et elle doit se dire à peu près la même chose, « Si tout le monde est au courant, alors… ». Téléphone plus tard avec J. à qui je raconte l’histoire. Et elle de me dire qu’il lui est arrivé à peu près la même chose, mais auprès de B. On a rigolé de ce que personne n’ai été capable de dire aux autres que ce fichu bouquin était sorti alors que tous nous l’attendions 😀 !

Nous avons créé une chaîne de la vexation à l’échelle du pays !

Quelle classe !… Sans rancune ?

Ensuite, rien à voir, mais voici une petite vidéo où l’on voit une mûre éclater une pomme. J’ai beau être du côté de la pomme, ça m’a fait rigolé, alors :

Sinon, à la deuxième troisième quatrième cinquième Nième écoute, toujours aussi bien le nouveau U2. Pas toutes les chansons (comprends pas l’engouement pour le second titre dans les fora consacrés au groupe), mais il y en a vraiment quelques unes qui valent un sacré détour ! No Line on the Horizon, Moment of Surrender, Fez… par exemple

PS sporadique
J’ai presqu’honte de bien aimer ce qu’Antoine Bello écrit : il a pris fait et cause pour Sarkozy (et le soutient encore… C’est de l’engagement, là, du vrai !). C’est bizarre, mais ça me dérange…
Ceci dit, ça pose une vraie question littéraire : faut-il s’interdire de lire Céline ou Drieu La Rochelle ? Fallait-il exécuter Brasillach ?
Pour ma part, je crois en l’œuvre, pas en l’auteur. Je me dis que ce n’est pas parce que j’aime bien une œuvre d’un auteur donné que je vais aimer les autres. Quand j’étais plus jeune, je faisais des recherches pour tout savoir de l’auteur, connaître les contextes de création, ses autres œuvres, ses prises de position politiques, etc. Maintenant, je ne le fais plus. Je me dis que l’œuvre se suffit à elle même. Là est le message, là se trouve ce que l’auteur a voulu dire. Ce qu’il y a autour n’est qu’accessoire, finalement…
Je suis finalement loin, très loin, de ma formation d’historien, maintenant, je crois 😀
Publicités

6 Commentaires

Classé dans Au jour le jour, Musique

6 réponses à “Tout et n’importe quoi…

  1. lulu

    C. a sitôt mis en panier de commande Les Éclaireurs pour les gentils lecteurs qui s’impatienteraient de lire la suite tant attendue (z’ont bon dos les lecteurs quand même).
    J’avais repéré des pointes de sarkozisme dans Les Falsificateurs, enfin plutôt d’idéologie libérale de droite. Notamment un mini pamphlet sur la France qui doit se remettre au travail, à bas l’assistanat et les assurances sociales… ça m’avait un peu choquée, mais bon, c’est un personnage de fiction qui s’exprime (même si, angélisme littéraire mis à part, l’auteur parle ici clairement à travers lui).
    Depuis le Contre Sainte-Beuve, Proust nous a appris à distinguer la vie d’un auteur et son œuvre. Pour moi la forme primera toujours sur le fond. J’admire les décadents de la fin du XIXe malgré leur idéologie monarchiste et conservatrice, j’adule Céline écrivain même si je conchie l’homme. La banalité des auteurs est souvent décevante, affligeante mise en regard de leurs créations. Savoir que dudule, prix Goncourt, fait ses courses au prisunic tous les mardi matin n’apporte rien à la lecture de son œuvre. Écrivains, cachez vous, on ne veut pas vous voir!

    Oh, et puis, fallait pas me lancer sur la littérature…

  2. Pour sûr que Bello parle à travers son perso. Il le nomme son « double »…

    Sinon merci de ta contribution Lulu (:D), je suis bien content de t’avoir lancée sur la littérature !!

  3. Nico le croco

    Iulu a raison de dire qu’il faut bien faire la différence entre l’auteur et son oeuvre. On peut adhérer à l’un et pas à l’autre : je suis un admirateur absolu de Chateaubriand et pourtant je ne suis pas un légitimiste libéral (oui, ça existe) !
    Quand à Céline, bien que ça soit un salaud, c’est aussi un des plus grands auteurs français du XX° siècle. Il serait idiot d’interdire la lecture de « Voyage au bout de la nuit » sous le prétexte que son auteur est antisémite. Par contre, un autre de ses ouvrages, « Bagatelle pour un massacre » est, lui, ouvertement antisémite. Dans ce cas là, je suis pour son interdiction. Le problème ne se pose pas pour l’instant : la veuve de Céline refuse sa republication.
    Pareil pour Drieu. Tu peux trouver, en poche, son anthologie de la poésie grecque antique et quelques romans. Par contre, je doute fort que ses écrits antisémite et collaborationiste soient encore disponibles.
    Quand à sa condamnation à mort, elle a été rendu par un tribunal pour fait de collaboration. Si De Gaulle a refusé de le gracier, ce que lui demander une pétition d’écrivains résistants (comme Paulhan), c’est parce qu’il trouvait que les écrivains avaient plus de responsabilités de par leur statut. Il faut dire que De Gaulle se faisait une très haute idée de la littérature ! J’ai bien peut que notre actuel président n’ait pas le même respect pour cette activité !

  4. Je connaissais ce blog, sans jamais y aller…
    Hop, faute réparée, dans le netvibes !
    Merci Lulu (:D)

  5. Pingback: Comment je lis ? (Autotag) « Good Omens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s