Noyer le poisson

Les infos hier : d’un côté, la crise financière/économique, les chômages partiels, l’augmentation des chiffre bruts du chômage au mois de septembre (avant même le début de ce charivari financier, soit dit en passant), de l’autre, le numéro des départements sur les plaques d’immatriculation.
Bizarrement, l’info la plus commentée du jour a été celle sur les plaques d’immatriculation. Je ne peux que m’étonner de l’heureuse collision des informations qui rend plus commentée une information somme toute sans importance au détriment d’autres qui donneraient de notre gouvernement une image plutôt négative (pensez, le gouvernement du pouvoir d’achat et du plein emploi grâce aux heures supplémentaires défiscalisées qui subit une deuxième hausse consécutive du chômage AVANT le véritable début de la crise financière qui devrait considérablement aggraver tout ça)…

Voilà, mais bon, puisque nos députés se sont fièrement battus au sein d’un collectif « non partisan », réjouissons-nous de leur victoire, réjouissons-nous d’avoir nos 69, 75, 59, 13, 63, 26 ou 30 fièrement porté au cul de nos voitures, ça fera toujours oublier le reste !

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized

5 réponses à “Noyer le poisson

  1. snoow

    Je me suis dit exactement la même chose en ayant vent de cette information hier… Dire qu’il y a des gens qui se sont « battu » pour garder leur département sur leur plaque d’immatriculation. Comme s’il n’y avait pas d’autre combat qui en valait la peine. Comme si le communautarisme était LA chose à défendre.
    Oui, c’est bien ! Youpi ! On va pouvoir continuer à détester son voisin « 42 » et à casser le rétro de la voiture « 13 ».

  2. jaed

    @Snoow, sauf que désormais avoir une plaque « 42 », « 69 » ou « 13 » sera une attitude, puisque ce sera le propriétaire de la voiture qui va choisir ledit numéro…
    Ca change tout !

  3. j.

    cela dit, comme le numéro ne changera pas tout au long de la vie de la voiture, j’imagine le calvaire du malheureux parisien déménageant à marseille, ou cherchant à vendre sa voiture à quelqu’un d’autre que des gens de sa région…

  4. Anonymous

    C’est sur, ce n’est pas l’information essentielle de la periode. mais elle a quand même son importance. En effet, les députés et les conseils généraux sont arrivés à faire reculé le gouvernement sur ce point. On peut donc penser que dans la réforme des collectivitées territoriales qui s’annonce, le gouvernement aura plus de mal que prévu à diminuer l’importance du département.

    Sinon, pour en revenir ce que dit le 1° commentaire, défendre le département sur la plaque d’immatriculation, ce n’est pas du communautarisme. En effet, le communautarisme, c’est considérer de faire partie d’une communauté (regionale, « ethnique » ou religieuse par exemple) avant de faire partie de la communauté nationale. Et c’est le problème numéros un de notre pays. Car cela remet en cause la conception républicaine de la Nation (le référendum de tous les jours chers à Renan.
    A l’inverse, la défense du département est un combat essentiellement républicain. En effet, la III° République, toute jacobine qu’elle était, a développé l’identification au département (la « petite patrie ») pour mieux permettre l’identification à la France républicaine(la « grande patrie »). C’est pour cela que la droite et l’extrême-droite ont toujours défendu la région au détriment du département. C’est donc « amusant » de voir maintenant une certaine partie de la Gauche, comme les Verts, défendrent ardemment le fait régional.
    Bref, il me semble qu’au lieu de mépriser les gens qui ont signés des pétitions pour défendre le numros départemental sur la plaque, il faudrait mieux les comprendre. En effet, dans des temps incertains, les gens ont besoin de se rattacher à des concepts protecteurs. La dernière fois que nos élites ont essayé de passer en force et ont méprisés le peuple ça a donné le référendum sur la constitution européenne.
    A mon sens, la demande forte de garder le numéros départemental est à ranger dans le même ordre d’idée que la défense des services publics: c’est à dire la défense d’un Etat républicain, que depuis plus de 20 ans, les hommes politiques de tous bords, intoxiqués qu’ils sont par l’idéologie libérale (dont on voit les résultats aujourd’hui et dont, malheureusement l’UE aura été le cheval de Troie), ont méthodiquement détruit !

    Nico le croco

  5. rampa

    En ce qui me concerne, le département a vécu : coincé entre les régions dont le pouvoir augmente sans cesse (permettant à l’État de se désengager de beaucoup de programmes) et les communautés d’agglomération qui prenent aussi de l’importance.
    Il me semble que le département, tant symbolique (en tant qu’entité unificatrice) qu’administratif a vécu.
    Je ne suis pas un chaud partisan de son maintien, alros voir leur numéro apparaître obligatoirement sur les plauqes, ça m’emmerde carrément !
    Pis reste autre chose qui me chifonne sur l’affaire : pourquoi rendre ça obligatoire ? Et si, moi, je préfère avoir le logo de ma région ?
    Nous sommes passés du rien au tout, pas de choix possible, encore une fois… Alors qu’il eût été si simple d’en faire une simple case à cocher sur le formulaire de carte grise.
    C’est assez symptômatique fianlement d’une société dnas laquelle les cotoyens sont considérés comme des personnes mineures à la place de qui on doit choisir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s